Les opérateurs de satellite s’inquiètent de la perte de spectre en bande Ka

les-operateurs-de-satellite-craignent-de-perdre-leur-spectre-en-bande-ka

WASHINGTON – Alors que la prochaine Conférence mondiale des radiocommunications se profile, les opérateurs de satellites sont de plus en plus préoccupés par le fait qu’ils n’ont pas suffisamment défendu les fréquences de la bande Ka convoitées par les réseaux cellulaires 5G.

Les opérateurs cellulaires et leurs autorités de réglementation nationales alliées devraient faire pression en faveur de la bande de spectre à 28 gigahertz lors de la conférence de la CMR-19 qui se tiendra en octobre et novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte.

S’exprimant lors de la conférence Satellite 2019, Steve Collar, président de SES, a décrit la perte potentielle de 28 gigahertz comme la « plus grande menace » pour le secteur des satellites.

« Pour être honnête, le défi des 28 gigahertz sera peut-être le plus important que nous ayons, et je pense que nous n’avons pas assez bien fait le travail », a-t-il déclaré. « Je pense que nous avons fait un travail solide avec le groupe C, et [alors] nous nous sommes bien assis.

Lors de la dernière conférence WRC en 2015, les opérateurs de satellites se sont mobilisés pour défendre les ondes en bande C utilisées principalement pour les émissions de télévision (ainsi que d’autres services de communication) et ont réussi à conserver la majorité , à l’exception d’une partie inférieure déjà partiellement perdue en 2007. .

Bien que les opérateurs de satellites utilisent la bande C depuis des décennies, ce n’est que ces dernières années qu’ils ont beaucoup investi dans des satellites en bande Ka, comme la constellation O3b de SES, le réseau Global Xpress d’Inmarsat et les satellites de la série Hughes Jupiter.

Collar a décrit le défi avec 28 gigahertz comme « complètement différent » de la bande C.

« Cela sera résolu d’une manière complètement différente, et ma plus grande crainte pour la viabilité future de notre industrie en ce qui concerne la fourniture et la fourniture de services à large bande est cela », a-t-il déclaré.

Rodolphe Belmer, PDG d’Eutelsat, a également décrit le 28 gigahertz comme une préoccupation très vive pour le secteur des satellites.

«Nous espérons que les opérateurs mobiles se rendent compte que s’ils ne nous laissent pas continuer à fonctionner, par exemple, à la fréquence de 28 gigahertz – et à la fréquence de la bande C où nous en avons besoin – cela deviendra un problème, pas seulement pour eux mais pour tout le monde », a-t-il dit. « Il n’y aura pas de réduction de la fracture numérique s’il n’y a pas de fréquence pour les opérateurs de satellites. »

Eutelsat possède un satellite en bande Ka de 75 gigabits par seconde de Thales Alenia Space, appelé Konnect, qui devrait être lancé sur une fusée Ariane 5 à la fin de l’année. L’opérateur basé à Paris dispose d’un autre satellite, Konnect VHTS, qui devrait être lancé en 2021 avec une capacité d’un demi-terabit de bande Ka.

Mark Dankberg, PDG de Viasat, s’est dit d’accord avec Belmer sur l’importance de la bande Ka. Les trois satellites de Viasat – Wildblue, ViaSat-1 et ViaSat-2 utilisent tous la bande Ka. La société a trois satellites «ViaSat-3» de nouvelle génération en bande Ka en construction, Boeing étant conçu pour offrir une capacité d’au moins un terabit chacun. Dans un document déposé en février auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, Viasat a estimé qu’il consacrerait entre 1,2 et 1,4 milliard de dollars au déploiement des deux premiers satellites ViaSat-3.


 » Source (traduit de l’anglais) : Spacenews

error: Content is protected !!