Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

NO MAN’S SKY

Selon l’ASA, la fiche Steam de No Man’s Sky n’avait rien de trompeur

Selon l’ASA, la fiche Steam de No Man’s Sky n’avait rien de trompeur

Fin septembre, le gendarme britannique de la publicité était saisi par un groupe de joueurs estimant avoir été trompés par la fiche produit de No Man’s Sky publiée sur Steam. L’autorité a rendu un verdict en faveur du studio Hello Games.

Les membres du studio Hello Games peuvent souffler. L’Advertising Standards Authority britannique (ASA) avait ouvert une enquête au sujet de la fiche produit de No Man’s Sky publiée sur Steam, faisant suite à 23 signalements provenant de joueurs déçus. Ceux-ci estimaient que les informations qu’elle fournissait étaient exagérées, voire trompeuses.

Jurrasic Tarte

Selon les joueurs, les vidéos présentant le jeu remontent à une démonstration faite lors d’un salon et ne reflètent pas exactement l’état actuel du titre. Des différences ont ainsi été pointées au niveau de l’interface, du comportement et de la variété des créatures, des temps de chargement et du rendu visuel de certains éléments du décor, comme l’eau.

Les plaignants avaient accompagné leurs remarques de captures d’écran visant à montrer l’écart entre le jeu promis et ce qu’ils ont pu observer. Enfin, une partie de la description du jeu proposée par le studio sur Steam était sujette à discussion, notamment parce qu’elle promet la présence de convois marchands entre les planètes et de factions protégeant leur territoire.

La faute à pas de chance

Hello Games a eu quelques semaines pour préparer sa défense et elle a, semble-t-il convaincu l’ASA puisqu’elle n’a retenu aucune charge contre le studio. « Nous avons compris que le contenu de No Man’s Sky était généré procéduralement, et que les expériences de jeu pouvaient varier en fonction de ce qui était généré pendant la partie », explique l’autorité pour justifier l’ensemble de son avis.

L’ASA note par exemple que le terme « généré procéduralement » était bien présent sur la fiche. Par conséquent elle considère que « les consommateurs comprendraient que les images et les vidéos présentées sont représentatives du type de contenu qu’ils rencontreront en jouant, mais qu’ils ne doivent pas s’attendre à voir spécifiquement les décors, créatures, batailles et structures » qui y sont montrées.

De son côté, Hello Games a répondu à toutes les critiques en montrant à l’autorité des captures d’écran et des captures vidéos diffusées par divers joueurs, montrant des situations approchant celles montrées dans la bande-annonce. « Le jeu contient 18 trillions de planètes (NDLR : 18 milliards de milliards), chacune avec son propre terrain, son climat, sa faune et sa flore », fait ainsi valoir le studio, vantant l’échelle pratiquement infinie sur laquelle son jeu prend place. De ce fait, les joueurs ne peuvent pas forcément tomber sur une expérience identique à celle présentée dans les vidéos et les clichés publicitaires.

Les temps de chargement ? Un détail du gameplay

Autre reproche souvent formulé par les joueurs : la longueur des temps de chargement en jeu. D’un côté, Hello Games promettait une absence totale de temps de chargement. De l’autre, les joueurs, souvent confrontés à de longues phases de « warp » lors du passage d’un système solaire à un autre considèrent que cette phase n’est ni plus ni moins qu’un écran de chargement déguisé.

Le gendarme britannique de la publicité considère quant à lui que « par sans écrans de chargement », il fallait comprendre « sans écrans interstitiels, interruptifs ou non-immersifs, pendant les trajets depuis l’espace vers la surface des planètes ». Quant aux fameuses phases de « warp », l’ASA ne les considère pas comme une interruption du gameplay, étant donné qu’elles sont en rapport avec l’activité du joueur et qu’il ne s’agit pas d’une mécanique à laquelle il est souvent fait appel. Le studio évoque un nombre moyen de 3 fois sur les 10 premières heures de jeu.

La qualité des graphismes ? Circulez, il n’y a rien à voir

Pour ce qui touche à l’aspect visuel du jeu, l’ASA insiste sur le fait que le résultat dépend fortement du type de PC sur lequel le jeu est lancé et estime que « les consommateurs sont en règle générale au courant de cette limitation ». Hello Games reconnait cependant que les vidéos ont été « présentées avec une fluidité inférieure à celui ordinairement attendu en jouant ».

Cela n’a toutefois pas empêché Hello Games de fournir des images prises par des joueurs montrant que « le jeu est capable de produire des graphismes de bien meilleure qualité que ceux montrés dans la vidéo, et d’un niveau similaire aux captures d’écran » montrées sur la fiche produit.

Au bout du compte, l’ASA n’a rien trouvé à redire du tout sur No Man’s Sky et la façon dont il a été mis en avant. « Nous avons compris que les captures d’écran et vidéos sont issues de phases de jeu, et entendons que l’annonceur a voulu montrer le jeu sous sont meilleur jour », fait savoir l’autorité. « En tenant compte de tous les éléments ci-dessus nous considérons que l’impression générale de la publicité est conforme avec le gameplay et les images montrées […] et qu’elle n’exagère pas l’expérience de jeu attendue ». Dont acte.

Sourcehttp://www.nextinpact.com/news/102338-selon-asa-fiche-steam-no-mans-sky-navait-rien-trompeur.htm